la cannabis

SAVIEZ-VOUS QU’IL EXISTE DES LIENS ENTRE LE CANNABIS ET LES PROBLÈMES DE SANTÉ MENTALE?

DES RECHERCHES INDIQUENT QUE L’ADOLESCENCE EST UNE PÉRIODE À
RISQUE ÉLEVÉ EN CE QUI CONCERNE LA CONSOMMATION DE CANNABIS
– LA LÉGALISATION NE CHANGE PAS CETTE RÉALITÉ

  • Le cannabis (ou marijuana) est la drogue la plus consommée à des fins non médicales au Canada, tant chez les adultes que chez les adolescents. En effet, près de 40 % des Canadiens ont déjà consommé du cannabis. Toutefois, ce que les gens ne savent peut être pas, c’est que la concentration de l’ingrédient psychoactif dans le cannabis, le THC, a plus que doublé au cours des 20 dernières années.
  • Or, les recherches révèlent que les nouvelles structures et connexions qui se forment dans le cerveau en développement pourraient être très vulnérables aux perturbations, comme l’exposition au cannabis. Celle-ci est susceptible d’augmenter les risques pour la santé et la sécurité.
  • On a établi que le risque de dépendance au cannabis est plus élevé chez les personnes qui commencent à en consommer à plus jeune âge que chez celles qui commencent une fois que le cerveau a fini de se développer, soit entre le début et le milieu de la vingtaine.  Consultez le www.whatswithweed.ca; il s’agit d’un site Web destiné aux adolescents dans lequel on explore la consommation de cannabis ainsi que les risques et les préoccupations concernant l’usage problématique.

LA CONSOMMATION FRÉQUENTE PEUT MENER À UNE PERTE DE MÉMOIRE ET À UNE BAISSE DU QI.
Il a été démontré que la consommation fréquente (quotidienne) de cannabis qui commence pendant l’adolescence et se poursuit jusqu’à l’âge adulte est associée à une perte de mémoire, à un déclin de l’intelligence et à une baisse de la concentration. Certains de ces symptômes perdurent même après que la personne cesse de consommer.

IL EXISTE UN LIEN INQUIÉTANT ENTRE LE CANNABIS ET LES MALADIES MENTALES 

On a établi des liens entre la consommation de cannabis à long terme et les maladies mentales. En effet, la dépression est plus courante chez les consommateurs (en même temps, les jeunes dépressifs ont plus tendance à se tourner vers le cannabis pour obtenir un soulagement temporaire de leur souffrance, ce qui ne fait qu’aggraver le problème d’usage chronique).  On observe la même corrélation dans le cas de troubles anxieux. Consultez les Recommandations pour l’usage du cannabis à moindre risque (RUCMR). Il s’agit de recommandations fondées sur des données probantes visant à réduire les risques pour la santé associés à la consommation de cannabis : http://bit.ly/RUCMR2.

Touutefois, le plus inquiétant, c’est que les personnes qui consomment du cannabis régulièrement pendant l’adolescence sont beaucoup plus à risque de finir par avoir une psychose, un trouble mental grave caractérisé par une perturbation des pensées et des émotions. La personne atteinte perd le contact avec la réalité.  Le cannabis est aussi un facteur de risque lié à la schizophrénie, surtout chez les personnes qui ont des antécédents familiaux de cette maladie.

AUTRES RISQUES IMPORTANTS QU’IL FAUT CONNAÎTRE

  • Les incidents de conduite avec facultés affaiblies par le cannabis sont courants. En effet, 9 % des conducteurs adolescents affirment avoir conduit moins d’une heure après avoir fumé du cannabis – ce qui augmente de presque deux fois leur risque d’être impliqués dans une collision.  De plus, le cannabis est la drogue que les adolescents combinent le plus souvent avec l’alcool. Cette combinaison peut avoir des effets physiques et psychologiques imprévisibles comme des nausées ou de la panique en plus d’entraîner la prise de risques.
  • En Ontario, environ 1 élève sur 8 (13 %) de la 7e à la 12e année déclare avoir consommé du cannabis et de l’alcool en même temps au moins une fois au cours de la dernière année.  C’est ce qu’on appelle le « crossfading ». Bien que les effets de la consommation puissent varier d’une personne à l’autre et qu’on en connaisse moins à leur sujet qu’à celui des effets de la consommation isolée de chacune de ces substances, il y a toutes sortes de raisons pour lesquelles la combinaison est déconseillée.

CONNAISSEZ-VOUS LES RISQUES LIÉS À LA CONSOMMATION D’ALCOOL ET DE CANNABIS EN UNE SEULE OCCASION?

  • Greening Out » (malaise dû à la consommation d’une trop grande quantité de cannabis) – Boire de l’alcool avant de prendre du cannabis peut augmenter le risque de « malaise dû à la consommation d’une trop grande quantité de cannabis », lequel se manifeste par des nausées, des étourdissements, le besoin de s’étendre et parfois des vomissements.
  • Intensification des effets des drogues – Quand on combine l’alcool et le cannabis, les effets sont plus intenses et se font sentir plus rapidement. Si on consomme l’alcool en premier, la concentration de THC dans le sang est beaucoup plus élevée que si on n’avait pas consommé d’alcool. En effet, l’alcool cause la dilatation des vaisseaux sanguins dans le tube digestif, ce qui favorise l’absorption du cannabis. Dans certains cas, l’intensification des effets indésirables se caractérise par l’augmentation du rythme cardiaque, des troubles de mémoire et un manque de jugement, ce qui augmente les chances qu’on conduise sous l’effet du cannabis, qu’on monte à bord d’un véhicule avec un conducteur dont les facultés sont affaiblies, qu’on ait des rapports sexuels non protégés et qu’on perde des effets personnels, entre autres.
  • Surconsommation – La consommation combinée augmente le risque de surconsommation des deux substances. L’effet de la surconsommation d’alcool – intoxication alcoolique – peut causer la mort. La consommation combinée peut porter une personne à dépasser son seuil de tolérance habituel et ainsi, à amplifier son risque d’intoxication alcoolique. En outre, le cannabis peut empêcher les vomissements, qui servent à éliminer l’excès d’alcool de l’organisme, ce qui accroît le risque d’étouffement ou de déclenchement des effets d’une intoxication alcoolique.

En fin de compte, la consommation combinée renforce les effets nuisibles et augmente le risque d’interactions néfastes. Les adolescents comme les adultes doivent connaître l’importance d’éviter la consommation simultanée de cannabis et d’alcool.

IMPRIMER CETTE PAGE